Les 6 clés pour faire travailler un passif-agressif

Publié le 17 Novembre 2013

Certaines personnes développent une forme d'agressivité
  difficile à gérer : les "passifs-agressifs". Ces personnes
  ne savent pas dire "non" et en veulent à ceux qui leur
  demandent quelque chose.

  Cette agressivité est souvent inconsciente. Elle obéit
  à cet ordre si fréquemment entendu pendant l'enfance :
  "Sois gentil !". Par peur de déplaire, les "passifs-agressifs"
  répondent "oui" tout en brûlant au fond d'elles de dire "non".

  Cette attitude se traduit souvent, dans le quotidien,
  par des "actes manqués" : retards, rendez-vous oubliés,
  paroles non tenues, etc.

  Lorsque vous devez faire travailler un passif-agressif,
  il ne suffit pas de demander ou d'ordonner, et de vous contenter
  d'un "oui". Vous devez aller plus loin :

  1. Expliquez-lui POURQUOI cette tâche est importante.

  2. Faites-lui promettre : "Ai-je VOTRE PAROLE que vous
     le ferez pour le ... ?"

  3. Mettez-vous d'accord sur une forme de sanction à appliquer
     s'il ne tient pas parole : "Dans ce cas, je serais obligé de..."

  4. Résumez votre conversation, l'accord conclu, et faites-lui
     répéter ce à quoi il s'est engagé.

  5. éventuellement, consignez-le par écrit. Un petit mot de
     3 lignes suffit.

  6. N'attendez pas que la date limite convenue soit passée
     pour relancer ou vérifier. Contrôlez les étapes
     intermédiaires ("Où en êtes-vous ?"). Prenez ces
     "relances" comme des aide-mémoire dont le
     "passif-agressif" a besoin.

-------------------------------------------------------

Comment contrer les personnes négatives

-------------------------------------------------------


  Quoi de plus frustrant que de proposer une idée géniale
  avec tout votre enthousiasme, et de vous entendre  répondre :

  "ça ne marchera jamais !"

  "Nous avons déjà essayé et ça a échoué."

  "Oublie ! Ce n'est même pas la peine d'essayer !"

  Ce sont les réponses classiques du "négativiste".

  Méfiez-vous de lui : il est capable de détruire votre
  bonne idée en quelques secondes et de donner
  l'impression que vos espoirs et votre enthousiasme
  sont les manifestations d'un excès d'optimisme idiot.

** Différence entre "négativiste productif" et
   "négativiste destructeur" **

  - La réaction du "négativiste productif" est positive
    car elle traduit en réalité de la prudence. Il doute,
    il réfléchit, il pèse le pour et le contre, il est
    généralement plein de bon sens. Avant de décider,
    pour être certain d'avoir exploré tous les aspects
    et obstacles éventuels, il passe par une phase
    d'analyse négative ? Ces phrases commencent généralement
    par : "Peut-être devrions-nous..."

  - Le "négativiste destructeur", lui, démolira
    systématiquement toutes vos suggestions en martelant :
    "Il n'y a rien à faire !". Si vous lui répondez :
    "Alors, que proposez-vous ?", il vous répétera
    avec conviction : "Il n'y a rien à faire".

  En conclusion, le négativiste productif peut avoir
  un effet stimulant sur un groupe. Le négativiste destructif
  démoralise, il a le don d'ouvrir grandes les vannes
  du réservoir de doutes, de craintes, de déceptions
  que nous portons tous en nous. Il éveille notre capacité
  de découragement.

** 5 astuces pour triompher des "négativistes destructeurs" **

  1. Repérez-les

  Dès notre plus jeune âge, nous sommes tous obligés de
  surmonter des déceptions. Certains y parviennent plus
  facilement que d'autres. Ceux qui y arrivent mal
  s'enfoncent dans l'idée que la vie est pleine
  d'événements négatifs et que nous n'avons aucune
  influence sur eux.

  Avec cette attitude mentale négative, rien n'est plus
  irritant pour eux que de s'entendre dire qu'une situation
  peut être sauvée. Toute leur énergie et leur pensée
  rationnelle vont être mobilisées pour prouver le contraire.

  Sûrs d'eux, ils s'attaquent aux plus faibles, pour obtenir
  leur soutien. Ils ont un don formidable pour détecter
  leurs victimes potentielles et viser directement
  leur vulnérabilité.

  Vous devez donc rester extrêmement attentif et développer
  votre intuition pour détecter les négativistes
  avant qu'ils ne commencent leur travail de destruction.

  Au moindre indice, un signal d'alarme doit s'allumer en vous
  et vous devez redoubler de vigilance.

  2. Opposez-leur votre optimisme réaliste

  Face à leurs critiques et leurs objections, affirmez
  vos arguments haut et fort. N'hésitez pas à les répéter.
  Cela nécessite une bonne préparation : trouvez des exemples
  de succès, des situations analogues où les solutions ont marché,
  des événements positifs à opposer. Utilisez des affirmations
  telles que :

  "... j'ai bon espoir..."

  "... nous n'avons pas encore tout essayé..."

  Votre attitude objective et réaliste ACTIVE a pour but
  de rétablir et de maintenir l'équilibre entre leurs
  affirmations et les vôtres.

  3. Ne perdez pas de temps dans une polémique stérile

  N'essayez pas de convaincre un négativiste qu'il a tort,
  il est tellement persuadé du contraire qu'il ne vous
  écoutera même pas.

  Laissez-le toujours croire que vous lui donnez raison
  mais que vous souhaitez juste ajouter ou corriger
  un point mineur. Si vous l'abordez ainsi, il sera
  plus réceptif à vos arguments !

  4. Ne dévoilez pas immédiatement votre solution

  Avec un négativiste, n'abattez pas directement
  vos cartes maîtresses, vos propositions seraient
  immédiatement rejetées en bloc. En général,
  il commence son travail de démolition par
  des points mineurs sur lesquels vous devrez
  vous résoudre à passer beaucoup de temps.

  Laissez-le faire, écoutez, observez, il dévoilera
  son jeu à travers des broutilles. Lorsque vous connaîtrez
  sa stratégie, développez vos arguments sur
  les points majeurs. Il aura le plus grand mal à
  manipuler le groupe.

  5. Jouez l'avocat du diable

  Poussez-le vers l'extrême en l'obligeant à répondre
  à des questions comme :

  "Qu'est-ce qui pourrait arriver de pire ?"

  "Imaginez que..."

  Laissez-le jouer à fond son jeu de négativiste,
  laissez-le se discréditer lui-même. Abondez dans
  son sens et interprétez vous-même les choses négativement,
  pour arriver à faire ressortir et différencier
  les problèmes réels des obstacles imaginaires.

  Cette tactique a un double but. D'une part, vous aidez
  le négativiste à adopter une vision moins extrême.
  D'autre part, vous aurez exprimé et démoli,
  par la même occasion, les craintes secrètes
  du reste du groupe !

  Quoi qu'il en soit, dès que vous sentez que
  vous avez affaire à un négativiste destructeur,
  habituez-vous à vous taire et à écouter avant tout.
  Puis, posez-vous en "médiateur". Prenez le contre pied
  des optimistes excessifs. Utilisez les techniques
  indiquées ci dessus pour diminuer son impact.

  Veillez à rétablir en permanence un bon équilibre
  positif/négatif, afin de créer et de maintenir
  un climat de réceptivité favorable.
(c)MMXII-310 www.communicateurs-efficaces.com

Rédigé par Ross

Publié dans #Motivation Personnelle

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :